Attaquer la pente de ski comme sa vie, avec l’esprit d’initiative

  • 2018-01-16

J’aime dévaler une pente à grande vitesse les jours de beau temps d’hiver. Pourtant, il faut se l’avouer, c’est un peu casse-cou. Mais une fois lancée, c’est aussi un grand bonheur pour moi que cet enivrement de la vitesse, le paysage qui défile, les bosses déjouées et l’arrivée au bas de la piste dans un sentiment euphorique : défi relevé, plaisir vécu!

Oser attaquer la montagne enneigée :

Trouvez-vous, comme moi, que notre vie est parfois une belle pente de ski, prête à être attaquée par le skieur que nous sommes, mais pourtant un peu effrayante? La rangée de sapins le long de la pente nous guette, comme autant de craintes, d’indécisions, de mises en garde, d’expériences blessantes, de pertes financières ou relationnelles qui bordent notre chemin. Et nous ne savons pas si au bas de la côte quelques obstacles se dressent, si la descente sera réussie, tout comme il est impossible d’avoir une garantie de la réussite d’un projet tel que nous l’espérons. Pourtant, je me lance. Suis-je une skieuse téméraire? Pas tant que ça. Plutôt une skieuse qui ose prendre la décision de se lancer, avec le bon équipement, en connaissance de cause, mais aussi avec un certain laisser-aller et une acceptation des risques que cela engendre.

Chasse-neige sur l’incertitude :

Aucun skieur n’arrivera au bout de la descente s’il n’ose pas se donner le coup d’envoi, s’il n’assume pas son geste et son désir de vivre ce sport. Si je me laisse envahir par l’incertitude, la peur de me casser une jambe en ski ou de faire rire de moi, ou la peur d’une réussite plutôt mitigée d’un projet d’entreprise : je n’entreprendrai rien. Qu’est-ce que j’y gagne : rien du tout. Que peut-il se produire de pire que rien? comme le dit si bien Daniel Bélanger dans sa chanson Revivre (album Rêver mieux). Si je me laisse envahir par les pensées négatives et la peur de l’échec, je laisse la place aux perceptions faussées plutôt qu’à la réussite potentielle.

Slalom pour éviter les responsabilités : le bon choix?

Quand j’étais enfant, ma mère ne voulait pas que je fasse du ski, car elle ne voulait pas que je me blesse. Elle voulait éviter toute situation blessante pour moi. Comme adulte, j’ai le choix aujourd’hui d’agir ou non comme ma mère, de faire du slalom ou de sauter les bosses qui se présentent sur la pente devant moi. Je pourrais dire que je ne fais pas de ski à cause de ma mère… Je me positionnerais là en victime et je mettrais en lumière la faiblesse de ma propre personnalité d’adulte. Il m’appartient aujourd’hui de me donner les moyens de faire ce sport si je le désire et si j’en tire une satisfaction personnelle.

Faire face à nos responsabilités n’est pas toujours aussi facile qu’on le souhaiterait. Si nous arrivons à accepter que ce que nous vivons est la conséquence directe de nos choix, peu importe l’influence des autres, nous nous donnons aussi le pouvoir de moduler ce que nous vivons en faisant preuve d’initiative pour nous rapprocher activement de notre but. La seule façon de ne pas être victime de l’influence des autres est de faire preuve d’initiative et d’accepter la responsabilité de nos propres actions.

Un après-ski savoureux : célébrer notre courage!

Suivre un cours de ski pour bien se préparer? Pourquoi pas! S’associer à un coach pour recevoir des conseils et des trucs pour être plus performant? Bien sûr! Mais devrais-je laisser beaucoup de place à ce que tous les autres pensent de mes actions, de mon style, de mon approche? Sans doute pas. Quelle fierté est-ce que je retirerai, après la descente, si j’ai tenté de mettre en pratique non seulement les conseils de mes mentors, de mon coach de ski, mais en plus la perception de chacune de mes connaissances pour leur plaire? Quel genre de ski aurai-je fait? Quel genre de descente aurai-je vécue, ainsi préoccupée à plaire à l’un et à l’autre, sans vivre pour moi-même ce moment? Et ça, c’est si j’ai osé dévaler la pente, car il se peut que la superposition des idées de chacun ait créé en moi une peur bleue de bouger et me laisse pantoise sur le haut de la piste, immobile et frigorifiée…

Après-ski plutôt insipide en vue… sans rien à célébrer, ni dépense d’énergie, ni défi relevé, ni essais audacieux.

Si j’agis avec intégrité, et que je me fais suffisamment confiance pour exprimer mes propres idées, mes propres points de vue, enrichie de ce que j’aurai su apprendre de pertinent çà et là, je vivrai assurément un meilleur moment et me rapprocherai de mon but. Je n’ai pas à attendre la permission des autres qui m’entourent pour faire preuve d’initiative. Si ces projets, ces idées et cette impulsion de me lancer me viennent, c’est qu’ils ont lieu d’être. Il s’agit de bien réfléchir et d’entreprendre de dévaler la pente avec le bon équipement! Et qui sait, peut-être que lors du moment convivial de l’après-ski, je me rendrai compte que j’ai surpris et inspiré des gens autour de moi qui s’étaient d’abord montrés plutôt fermés à mon approche personnelle?

Le courage de se lancer :

Il se peut que pour vous il soit ardu de faire preuve d’initiative, que vous n’ayez pas embrassé souvent cette approche dans votre vie. Il vous faudra assurément du courage pour vous lancer. Je suis convaincue que l’effort en vaut la peine. Sortir de son abri, de sa zone de confort, ou du chalet de ski pour oser se lancer et dévaler la montagne peut donner une satisfaction à la hauteur de vos attentes, de vos rêves les plus fous. Cela peut même vous faire vivre des choses que vous n’aviez jamais imaginées. Se responsabiliser dans notre vie, c’est aussi oser sortir et accepter des épreuves temporaires que nous rencontrons et leurs conséquences. Épreuves qui, de toute façon, nous feront grandir et teinteront tous les autres aspects de notre vie par une forme de liberté acquise et vécue dans tout notre être.

Plus j’apprends à me dépasser, à faire preuve de leadership et de courage, plus ces qualités se nourrissent mutuellement au fond de moi et m’inspirent. Elles me donnent la capacité d’agir avec force et conviction.

Et pourquoi pas, lorsque vous vous sentirez prêts, comme moi aujourd’hui, vous permettre de dévaler les pentes de ski réservées aux experts!

Isabelle Leduc, Coach professionnelle certifiée

www.vitalitecoaching.com

Écrit en collaboration avec Mélanie Rivet

 

PARTAGER CET ARTICLE /Share on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someone

Écrire une réponse