Archive pour septembre, 2017

Bien s’entourer pour mieux réussir

  • 2017-09-25

Qui se ressemble s’assemble, dit l’adage, mais en fait, on pourrait l’actualiser en disant : « qui s’assemble, finit par se ressembler. » Vous êtes-vous déjà questionné sur les gens que vous choisissez d’inclure dans votre entourage? Sur l’attitude qu’ils projettent, sur les conseils qu’ils vous prodiguent? Mais surtout, sur l’effet que tout cela a sur vous et sur vos objectifs?

Pour illustrer l’importance de bien choisir les gens qui nous entourent et ceux que nous laissons nous influencer, considérez l’exemple suivant :

Marie vient tout juste de se faire mettre à pied en raison d’une restructuration massive chez son employeur. Elle prend la chose du bon côté, puisque l’employeur lui a fourni une compensation. Néanmoins, après plusieurs semaines de recherche d’emploi infructueuses, Marie doit se résoudre à faire appel à l’assurance-emploi.

À la première rencontre d’information, Marie se lie d’amitié avec deux des participants, Simon et Mélissa. Ces derniers n’en sont pas à leur première demande. Le groupe d’amis se réunit régulièrement et discute souvent de leur situation de chercheur d’emploi. Ils se rencontrent chez l’un ou chez l’autre, le plus souvent autour d’une bouteille de vin.

Mélissa et Simon se montrent très cyniques et amers au sujet de leur recherche d’emploi et du marché en général. Mélissa est particulièrement pessimiste et confie même à Simon et Marie qu’elle ne voit pas pourquoi elle devrait faire des efforts supplémentaires pour chercher un emploi : elle a déjà payé pour ses prestations, elle compte les utiliser jusqu’au bout, peut-être même plus, et ainsi de suite. Simon abonde dans le même sens. Au fil des semaines devenues des mois, Marie voit son moral baisser et ses espoirs de trouver un emploi diminuer.

Marie en a assez et se confie à un vieil ami, Paul. Ce dernier lui raconte sa propre expérience et l’encourage à ne pas abandonner. Il lui propose son aide pour rédiger de nouvelles lettres de présentation et lui donne des astuces pour présenter ses compétences de façon inventive sur son CV.

Après chaque discussion avec Paul, Marie se sent revigorée et confiante. Grâce à cette nouvelle perspective, Marie comprend que Mélissa et Simon n’ont fait que l’entraîner sur une pente négative et elle décide d’espacer leurs rencontres. Quand ils se réunissent, Marie s’assure de ne pas jouer le jeu du négativisme. Après une ou deux soirées, elle conclut que ses échanges avec Mélissa et Simon ne lui apportent plus rien et elle y met fin.

En même temps, Marie voit Paul de plus en plus souvent. Au fil du temps, il lui présente de nouveaux amis tout aussi positifs et encourageants. Parmi eux, Clémence travaille dans le même domaine que Marie. Apprenant que Marie se cherche un emploi, Clémence propose d’envoyer son CV au service des ressources humaines de l’entreprise pour laquelle elle travaille. Heureuse surprise, l’entreprise se préparait à afficher un poste à l’externe! Marie est convoquée en entrevue et obtient l’emploi.

L’exemple de Marie est générique, mais très représentatif. L’humain est par nature très influençable, notamment en période d’incertitude. Nous cherchons naturellement le conseil des gens qui nous entourent pour nous guider en période de questionnement. Le célèbre entrepreneur et coach en développement américain, John Rohn, pense que nous adoptons la moyenne du comportement des cinq personnes que nous fréquentons le plus souvent. Arrêtez-vous un instant et faites le calcul… Votre balance est-elle positive ou négative?

(suite…)

En savoir plus

S’envoler hors de sa zone de confort

  • 2017-09-05

Un jour ou l’autre, pour s’épanouir, tous les oiseaux doivent quitter leur nid et s’élancer dans le vide. C’est une étape nécessaire, mais ô combien terrifiante. Pourtant, même le plus petit oisillon prend son courage à deux ailes et sort bravement du seul environnement qu’il n’ait jamais connu pour prendre son premier vol.

Votre zone de confort, c’est votre nid douillet. Il s’agit d’un endroit familier où vous êtes en sécurité, où rien ni personne ne peut vous atteindre, où il fait bon se réfugier. Ce nid est constitué d’habitudes, d’activités, de comportements routiniers qui ne sont pas nécessairement « confortables » au sens propre, mais qui vous rassurent, d’une certaine façon. Cependant, cette sécurité a un prix : elle limite vos possibilités, l’éventail d’expériences que vous pouvez vivre. Trop souvent, ce n’est pas le confort de votre nid qui vous entrave, mais bien votre peur de l’inconnu, voire de l’échec.

(suite…)

En savoir plus