Archive pour avril, 2017

Heureux au travail : 1, 2, 3 c’est parti!

  • 2017-04-16

Que nous gagnions notre vie en travaillant de la maison, en contact direct avec la clientèle, ou encore dans un bureau au sein d’une équipe hiérarchisée, nous épanouir au travail est tout à fait possible. Cependant, cela nous demande de nous poser quelques questions, de faire quelques efforts et d’adopter un certain positionnement!

Trouvons-nous un sens dans ce que nous réalisons jour après jour? Y rencontrons-nous assez de défis? Est-ce que notre travail est reconnu et rétribué à sa juste valeur? Prenons-nous le temps de faire des pauses, pour mieux retrouver ensuite la motivation et le plaisir dans le travail?

Utile, compétent et apprécié

Pour nous épanouir dans notre travail, les études en témoignent, nous avons besoin de nous sentir utile, compétent et apprécié. Que ces sentiments proviennent de notre relation directe avec notre clientèle, de nos rapports avec nos collègues ou de la tâche elle-même, ils influencent notre capacité à nous épanouir.

Le fait de nous sentir inutile, incompétent et non apprécié dans notre environnement de travail peut nous rendre hésitant, maladroit et économe dans notre investissement personnel. Si au contraire nous nous sentons utile, compétent et apprécié, nous pourrons entrer plus aisément en pleine action, relever les défis et nous dépasser, nous engager pleinement dans la tâche. La motivation intérieure soutiendra notre capacité à réaliser les tâches qui nous incombent pour nous épanouir dans le cadre de notre travail.

Mais comment faire en sorte que ces trois besoins soient atteints : le sentiment de contribuer et d’être utile, le sentiment d’être à la hauteur et compétent, et le sentiment d’être reconnu et apprécié?

(suite…)

En savoir plus

Nettoyer les fenêtres embuées par vos croyances

  • 2017-04-02

Notre regard sur le monde

Il nous arrive à tous de généraliser et de transposer nos expériences en croyant que ce qui est arrivé nous arrivera à nouveau. Nous projetons notre interprétation d’expériences douloureuses vécues sur des situations nouvelles qui se présentent à nous et qui ne leur sont pas liées en réalité. La croyance que ce que nous avons vécu se reproduira influence nos sentiments et notre réaction, sans que nous nous questionnions sur la vérité de ces perceptions et de ces actions. Bref, nos croyances à propos de nous-mêmes, de notre entourage, de la société et du monde du travail sont des fenêtres par lesquelles nous regardons le monde.

De plus, les propos exprimés en boucle par notre petite voix intérieure peuvent s’incruster et devenir une croyance, ou renforcer une croyance naissante. Par exemple : « Je ne suis pas créatif, car lorsque j’ai eu à créer des textes ou des œuvres d’art à l’école, j’avais toujours des mauvaises notes. Donc, je n’ai pas assez de créativité pour participer à telle ou telle activité, ou pour me créer une situation de vie nouvelle. Je ne sais pas comment. » Ceci est une croyance limitante qui nous tire vers le bas et nous aveugle avec une expérience passée qui n’est pas liée à notre situation présente. Cette croyance masque les occasions positives qui viennent à nous et avec lesquelles nous pourrions vivre de nouvelles expériences enrichissantes. Un atelier de créativité en milieu de travail par exemple, ou une activité de loisir que nous nous refusons, malgré le désir d’y participer, car nous croyons que nous ne sommes pas à la hauteur. Cela peut aussi aller beaucoup plus loin et nous empêcher de créer des situations de vie nouvelles qui nous conviendraient sans doute mieux que celles dans lesquelles nous sommes, en toute sécurité, mais sans passion.

Bref, une croyance est le fait de croire qu’une chose est vraie ou possible; c’est une perception qui s’est construite en nous au fil du temps et qui façonne notre opinion. Ce qui la rend négative est lorsqu’elle freine notre épanouissement personnel.

Les conséquences

(suite…)

En savoir plus